dimanche 4 mars 2012

2ème extrait dévoilé de "Alsorvampred - Le deuil de l'ignorance" (issu du chapitre 2)

L'atteinte des 100 j'♥ sur la page facebook "Alsorvampred - page officielle" a débloqué la publication de ce nouvel extrait :


(...)

Puis, ce fût au tour d’Alexandre de s’adresser aux filles, mais d’une façon bien différente… 


— Bonsoir Alice, je suis ravi de te revoir. 



Visiblement troublée, elle ne fut pas en mesure de répondre, mais réussit malgré tout à afficher un sourire de circonstance. Il se tourna alors vers Emy en s’approchant légèrement, ce qui lui permettait maintenant de humer le parfum du jeune homme, mélange subtil d’arômes fruités qu’elle avait du mal à identifier. Alors que son attention était monopolisée par cet exercice, elle ne sentit brusquement plus aucune odeur, comme si toutes ses facultés s’étaient réorientées sur un autre de ses sens… la vue. Les yeux d’Alexandre venaient de se fixer aux siens, leur couleur était plus que troublante, ni vraiment bleue, ni vraiment verte. 

— Emy… je suis enchanté de faire ta connaissance. 

À nouveau, les facultés d’Emy se redirigèrent, mais pour stimuler son ouïe cette fois-ci. Et elle se demanda si cette mélodie, d’une clarté et d’une douceur inédite à son oreille, pouvait réellement n’être qu’une voix. Elle réalisa que, prononcés de cette façon, les mots avaient pris une ampleur démesurée. Il lui sembla même qu’ils pouvaient avoir un tout autre sens que, malheureusement, il lui était impossible de déchiffrer. 

— Il en va de même pour moi et j’espère avoir le plaisir de te revoir… dans des circonstances, plus propices. 

« Quoi ? Qui a parlé ? Ça ne peut pas être moi ! Je serais bien incapable de prononcer ne serait-ce qu’un seul mot face à lui. Alors toute une phrase, autant dire que c’est impossible ! Et en plus, on croirait presque que c’est de la drague ! N’importe quoi ! Je deviens folle ou quoi !!! Et maintenant, tout le monde va rigoler ! Lui le premier ! Quelle journée, j’aurais mieux fait de rester couchée ! » 
Les divaguassions mentales d’Emy furent de très courtes durée, car Alexandre répondit instantanément : 

— Nous avons donc le même souhait...

(...)

2 commentaires:

  1. Je ne me lasse pas de le relire... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il en sera de même pour le reste du roman ;-)

      Bizzz

      Supprimer